En interdisant le commerce de la fourrure, tant à l’importation qu’à l’exportation, Israël devient le premier pays à adopter une telle législation.

Le décret ministériel israélien a été signé le 9 juin 2021 et l’interdiction doit entrer en vigueur six mois plus tard. «Le commerce de fourrure animale sera interdit sauf pour les besoins de la recherche, de l’enseignement et de certaines traditions religieuses» a déclaré la ministre de l’Environnement Gila Gamliel. Cette industrie «provoque des souffrances inimaginables aux animaux et ce décret va transformer le marché de la mode israélienne, le rendant meilleur sur le plan du respect des normes environnementales». Le ministère a également publié une lettre envoyée par Jane Halevy-Moreno, directrice de la Coalition internationale anti-fourrure (IAFC), qualifiant ce décret de «geste historique.»

En 1976, Israël avait déjà interdit l’élevage d’animaux pour leur fourrure. Plusieurs pays dans le monde ont instauré des interdictions partielles de ce commerce. L’interdiction totale du commerce de fourrure n’est en vigueur que dans certaines villes comme Sao Paulo au Brésil, ou encore dans l’Etat de Californie aux Etats-Unis. L’Inde a également adopté une réglementation similaire, mais qui concerne uniquement les peaux de vison, de renard et de chinchilla.