Le 23 juin 2021, le Grand Conseil vaudois a refusé par 64 voix contre 50 et 4 abstentions la motion du député socialiste Jean Tschopp.

La motion visait à instaurer une journée végétarienne chaque semaine dans les restaurants des collectivités publiques vaudoises, lesquels servent environ 18 millions de repas par an.

Pour le député PLR Pierre Volet, rapporteur de majorité de la commission ayant refusé la motion par 8 voix contre 7, celle-ci serait presque « du Poutine ». Le député, qui plaide pour le libre choix, déclare aussi que le repas pris à la cantine « est parfois le seul repas équilibré pour un certain nombre de jeunes ».

Pour la députée Verte Sabine Glauser Krug, rapportrice de minorité, de nombreuses institutions dont l’Office fédéral de la sécurité alimentaire, la Société suisse de nutrition ou l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommandent de manger de la viande au maximum trois fois par semaine. Ainsi, un repas végétarien équilibré nutritionnellement permettrait de s’approcher de cet objectif sanitaire.

La députée rappelle qu’il existe de nombreux établissements, y compris de grands restaurants, qui proposent des menus végétariens. La restauration collective est aussi un lieu idéal pour faire découvrir des plats liant équilibre nutritionnel et saveur et ainsi transmettre une inspiration formatrice qui va dans le sens d’une amélioration de la santé publique.

La députée rappelle encore que la viande et le poisson coûtent cher. « La réalité du terrain implique que, pour pouvoir en offrir à chaque repas, le cuisinier est souvent contraint d’utiliser de la viande importée, s’il veut pouvoir respecter son cahier des charges qui lui impose des repas bon marché. Instaurer une journée végétarienne serait une opportunité pour lui de réduire le coût de la marchandise sur la semaine et de financer l’achat de viande suisse ».